lundi 29 septembre 2014

Le plus gros virus connu



Découvert en 2014 dans les glaces du permafrost sibérien, Pithovirus sibericum est jusqu'à présent le plus gros virus que l'on ait observé, détrônant les  Pandoravirus, les Mimiviridae et autres Megavirus, grâce à une capside atteignant 1,5 micromètre de long et 0,5 micromètre de diamètre.

Pithovirus sibericum a été découvert lorsque des chercheurs (Chantal Abergel et Jean-Michel Claverie) ont contaminé (volontairement) avec des amibes, un échantillon de glace issue du permafrost sibérien, contenant des sédiments remontant au Pléiostène. Les amibes sont en effet les cibles privilégiées, selon les études menées dans la dernière décennie, des virus géants, tels que les Megaviridae et Mimiviridae. Constatant la mortalité accrue des amibes, l'équipe de recherche a pu isoler les Pithovirus, démontrant à la même occasion qu'il était possible de "ressusciter" des virus emprisonnés depuis 30 000 ans dans la glace.

Bien que Pithovirus ait un génome relativement peu dense, par rapport, par exemple, aux Pandoraviridae, sa configuration l'amène à prendre la forme d'une capsule oblongue de 1,5 micromètre de long, au bout de laquelle se trouve une "entrée" sur le corps du virus, une structure à l'aspect alvéolaire. Le diamètre de la capsule atteint 0,5 micromètre, ces caractéristiques faisant de lui le plus gros virus connu à ce jour, atteignant une taille comparable à celles de bactéries. Ce n'est pourtant pas le virus le plus complexe connu, puisque ces 610 000 paires de bases reflétant 467 gènes, ne représentent qu'un tiers à un quart (en taille) du génome des Pandoravirus, les virus les plus grands connus, allant jusqu'à 2,5 millions de paires de bases.

Le scénario de virus, prisonnier des glaces éternelles, renaissant (ou plutôt, redevenant actif - puisque les virus ne sont pas vraiment considérés comme faisant partie des règnes du vivant) avec l'aide de scientifiques apprenti-sorciers, pourrait inquiéter. Fort heureusement, les virus géants semblent peu propices à s'en prendre aux êtres multicellulaires, bien qu'un cas d'enfant de 11 mois contaminé au Marseillevirus, un autre virus géant, ait pu être observé. De quoi se poser quelques questions, quand même!