vendredi 12 septembre 2014

Le plus grand nombre de matchs de boxe... perdus!



Laisser son empreinte dans le monde de la boxe est le défi de toute une carrière. Tyson, Mayweather, Ali... Ces boxeurs survivent au panthéon du sport grâce à leur exceptionnel palmarès. Il en va de même pour Reggie Strickland, détenteur d'un record difficile à égaler - mais dont il se serait peut-être passé : ce super middleweight est le boxeur qui a perdu le plus de matchs professionnels de boxe au cours de sa carrière, avec... 276 défaites!

Il faut quand même reconnaître que Strickland a disputé plus de 360 combats pros en 18 ans de carrière, sans compter ceux pour lesquels il portait un pseudonyme. Il était, comme de nombreux boxeurs professionnels, le type même de combattant (journeyman) que les fédérations utilisent comme adversaires de test afin de sélectionner les boxeurs qui deviendront des challengers. En d'autres termes, il était la chair à canon, le punching-ball qui servait à évaluer les nouveaux-venus pour les assigner au statut qui leur convenait.

ci-contre : Reggie "punching bag" Strickland avant un combat. Ci-haut : après.

Mais Reggie Strickland n'était pourtant pas à proprement parler un éternel perdant, puisqu'il remporta 66 matchs durant sa carrière. Il ne subit que 25 KO sur les 363 matchs disputés. Autrement dit, il perdait le plus souvent par décision des juges - défaite subjective par essence, surtout si l'on donne crédit aux rumeurs qui veulent que ce type de matchs serve à favoriser les statistiques des challengers nouveaux-venus.

Il n'en reste pas moins qu'avec 276 défaites, Reggie "la défonce" Strickland remporte le punching-ball d'or avec le record absolu de défaites en boxe professionnel, juste un peu devant Peter "le professeur" Buckley et ses 256 défaites pour près de 300 matchs. On reconnaîtra tout de même le mérite (certes, confinant peut-être au masochisme) à Reggie d'avoir osé disputé plus de combats chaque mois que les boxeurs d'élite n'en disputent en un an.

Ci-contre, Peter Buckley et son trophée. L'équivalent d'une chaussure d'or pour un ballon de foot.