dimanche 28 septembre 2014

La femme la plus rapide sur Terre (sur un véhicule terrestre)



Kitty Hambleton détient le record de vitesse sur Terre, enregistré à 825,127 km/h, qu'elle réalisa le 6 décembre 1976, aux commandes de sa mini-fusée à roulettes SM1 Motivator propulsée par roquette. Dans le désert d'Alvord, elle a probablement même atteint, brièvement, les 965 km/h, en n'utilisant pourtant que 60% de la puissance de son moteur. En fait elle aurait pu dépasser le record d'alors, si son contrat ne stipulait pas qu'elle était autorisée à battre le record féminin... mais obligée de ne pas battre le record masculin!

Tout commença dans les années 1970, au cœur d'une bataille technologique infernale dont la finalité était le record du monde de vitesse sur un véhicule terrestre. Pour concurrencer le précédent record établi en en 1970 par Gary Gabelish, le premier homme à dépasser la barre des 1000 km/h (précisément, 1001,667 km/h), l'homme d'affaire et producteur Had Needham et le designer-constructeur Bill Fredrick envisagent de créer une mini-fusée à trois roues, destinée non seulement à battre le record, mais également à approcher voire dépasser le mur du son.

Le prototype construit, (une fusée Budweiser, nom qu'on lui donnera par la suite), le SMI Motivator, est un engin tricycle tubulaire de 12 mètres équipé non seulement d'un moteur V4 fonctionnant à l'ergol hybride péroxyde-hydrogène (et pouvant développer une puissance de 48 000 chevaux!), mais également d'un booster d'appoint JATO (Jet-assisted Take-off Unit), sous la forme d'un étage de missile Sidewinder, développant une puissance de 12900 chevaux.

Kitty Hambleton (encore Kitty O'Neil à ce moment), est l'une des pilotes qui testera la machine, dans le Désert d'Alvord, un lac asséché de l'Oregon. Et l'essai est bien plus qu'un succès, puisque la fusée survole littéralement le sol à plus 825 km/h (825,127km/h, soit 512,710 mph - record officiel), atteignant même probablement 965 km/h sur des portions de piste. Mais ce qui étonne, dans tout ça, c'est qu'avec la même machine, Stan Barret atteindra quelques temps plus tard, le 17 décembre 1979, les 1190 km/h sur un miles (soit 739,666 mph), réussissant à dépasser brièvement le mur du son (établit à 731 mph ce jour-là).

Pourquoi Kitty n'avait-elle pas atteint une vitesse aussi élevée? Une femme dépassant le record mondial détenu jusqu'alors uniquement par des hommes, pourquoi pas? 

Pour que Needham, le mécène, puisse enregistrer son nom dans l'histoire : il a été spécifiquement demandé à Kitty de signer un contrat lui permettant de réaliser l'essai, dans le but de dépasser le record de vitesse féminin, avec l'obligation de NE PAS dépasser le record mondial alors officiel, de Gary Gabelish. Ainsi, Needham pourrait réaliser le record par la suite - c'est finalement Stan Barret à qui à échu cet honneur. Peut-être, la possibilité qu'une femme puisse devenir la championne de vitesse sur Terre à la place d'un homme, raflant le titre du "Man's land speed record", était une hypothèse qui faisait froncer certains sourcils...